Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises
Rassembler et promouvoir
les intérêts des organisations
et des exploitations
agricoles vaudoises

TTIP

Inquiète des conséquences économiques d’une ouverture de nos marchés dans le contexte de l’accord TTIP en négociation entre l’Union européenne et les Etats-Unis, l’industrie alimentaire a commandé une étude à d’éminents connaisseurs de l’économie des filières de l’agro-alimentaire de notre pays et de son contexte international. 


Avec les réserves d’objectivité qui siéent aux scientifiques et la prudence que commande l’environnement politique explosif de ce sujet, les auteurs d’une étude visant à chiffrer les conséquences d’une ouverture des marchés helvétiques – commandée par l’industrie alimentaire -  ont calculé, grâce à de savantes modélisations, les effets économiques de cinq scénarios en relation avec l’accord TTIP. Ils ont confronté les résultats, ainsi que leurs appréciations, aux dires d’experts soigneusement triés au sein de la famille de l’industrie alimentaire. 
 

Les variantes OMC, TTIP seul, TTIP avec accord de libre-échange USA-CH et arrimage suisse au TTIP (trilatéral) ont été mises en examen, en regard du statu quo qui en constitue la référence témoin. On ne connaît à ce jour toutefois nullement les termes de ces hypothétiques accords. Toute l’analyse macro-économique est ainsi basée sur des hypothèses de vraisemblance qui n’auront sans doute que peu de ressemblances avec les accords finaux sur lesquels elle a été condamnée à spéculer. 
 

En résumé, l’accord TTIP sans la Suisse n’aurait qu’un effet modeste et très indirect sur l’agriculture de notre pays, l’essentiel des protections existantes à la frontière n’en étant pas affectées. En revanche, l’industrie alimentaire, qui serait ainsi privée d’avantages concurrentiels sur ce vaste marché américano-européen, va faire le forcing jusqu’au bout, comme pour la législation Swissness ou les indications de provenance dans le droit alimentaire, pour défendre ses intérêts qu’elle estime menacés, tant à l’exportation qu’à l’importation. C’est pourquoi elle prône des options d’accords parallèles permettant d’éviter que la Suisse ne soit hors-jeu des probables nouvelles règles commerciales entre l’UE et les USA. 
 

A des degrés fort variables, mais avec une constance certaine dans la sous-estimation des nombreux effets négatifs et l’amplification de quelques opportunités, l’étude de variantes d’arrimage de la Suisse au TTIP annonce une détérioration très importante du revenu sectoriel dans les principales branches de production de l’agriculture. Notre taux d’auto-approvisionnement alimentaire en sera encore diminué, probablement davantage que l’étude ne le laisse croire, tant les projections de croissance en matière d’exportations agricoles paraissent optimistes en regard des pertes économiques consécutives aux importations à bas prix et à vile qualité. Difficile aussi de croire que l’arrimage au marché américain, plus compétitif encore que l’Union européenne, fasse moins de dégâts économiques (-587 mios) sur notre agriculture que ce qui avait été estimé antérieurement pour l’accord ALEA (> -1 milliard).

 
Dans le même temps, les scénarios étudiés seraient eux profitables à l’industrie alimentaire, à tout le moins là où elle est suffisamment concentrée et intégrée. Comme pour le projet avorté d’ALEA avec l’UE, les  finances fédérales seront aussi affectées par la suppression des droits de douane, alors que l’on s’empresse de les solliciter davantage pour les mesures d’accompagnement sensées atténuer le choc au niveau de la politique agricole (paiements directs, promotion des ventes, management du risque, etc.). 
 

Une autre espérance du TTIP est d’imaginer tirer un profit mutuel de l’harmonisation des règles non tarifaires entre les puissances économiques des deux continents. Or, il est bien plus vraisemblable que l’on n’arrivera au mieux qu’à n’y négocier qu’une sorte de Cassis de Dijon intercontinental. L’alimentation dans le pays perdra ainsi à la fois en quantité s’agissant de son approvisionnement national, et en qualité pour les consommateurs. 
Pour s’y préparer, cette étude a certes le mérite de mettre le doigt sur les risques, et aussi sur quelques opportunités, que pourrait présenter l’évolution des relations commerciales avec nos principaux partenaires. Sa mise en perspective, bien orchestrée par ses commanditaires, dénote en revanche, une fois de plus, l’arrogance du maillon fort des filières agro-alimentaires ; ceci, tant à l’égard de la production agricole qui en paiera le prix fort, que vis-à-vis des consommateurs auxquels on fait miroiter de juteux avantages économiques, mais au prix non révélé d’une diminution assurée de la qualité, de la durabilité, de l’autonomie et de la sécurité alimentaires. 
Cette posture de « vie pas chère » peut certes en séduire quelques-uns, mais elle justifie surtout pleinement le combat public et populaire mené par les agriculteurs et leurs organisations avec l’initiative sur la sécurité alimentaire, auquel nous invitons les consommateurs avertis à se joindre massivement.
 
(cha)

 

Dans cette rubrique voir également

ADRESSES ET PLAN

Prométerre Lausanne

Avenue des Jordils 1 et 3, 1000 Lausanne 6

Prométerre Yverdon-les-Bains

Avenue des Sports 48, 1400 Yverdon-les-Bains

Prométerre Moudon

Chemin de Granges-Verney, 1510 Moudon