08/07/2020

Prométerre

Points forts


Coronavirus et agriculture au jour le jour: règles vaudoises pour établissements publics

La crise sanitaire sans précédent que traverse le monde a bien entendu des conséquences sur le monde agricole. Soucieuse de répondre le mieux possible aux questions de ses membres, Prométerre propose ici des synthèses, des liens et un fil d'actualités sur le sujet, régulièrement mis à jour.

Au sommaire de cet article (voir ci-dessous)

- La situation en résumé

- Quelques sources d'information...

- Les dernières actualités touchant le monde agricole

——————————————————————————————————————————

En résumé...

  • Après les mesures exceptionnelles de ce printemps pour protéger la population du coronavirus, la Suisse, comme ses voisins européens, tente de maintenir la pandémie au niveau le plus bas possible. 
  • À l'image de l'ensemble de l'économie, l'agriculture est impactée par la crise sanitaire.
  • Association vaudoise de promotion des métiers de la terre, Prométerre est demeurée opérationnelle depuis la mi-mars. Après deux mois de télétravail quasi généralisé, un retour progressif à la normale a été opéré, plan de précaution à l'appui.
  • Les filiales de Prométerre s'activent pour tenter de répondre au fur et à mesure aux problèmes posés aux professionnels de la terre par cette crise et ses conséquences. L'association est en contact avec les autorités pour certains dossiers clés comme la main d'œuvre.

——————————————————————————————————————————

Quelques sources d'information...

——————————————————————————————————————————

Les dernières actualités touchant le monde agricole

Mercredi 8 juillet, matin
Règles vaudoises pour les établissements publics
Gastrovaud a publié un mémo explicatif sur les règles à respecter dans le canton de Vaud par tous ceux qui exploitent des lieux de consommation de boissons et de mets ounerts au public. Dans l'agriculture, cela touche notamment les buvettes d'alpage, particulièrement prisées cet été, ainsi que certains vignerons. À consulter... et appliquer! 

Mercredi 1er juillet, après-midi
Quarantaine imposée aux personnes provenant de zones à risque
Cela peut intéresser, dans l'agriculture et la viticulture, tous ceux qui emploient une main d'œuvre étrangère. Le Conseil fédéral a décidé que les personnes provenant d'États ou de régions considérées comme à risque doivent se placer en quarantaine à leur arrivée en Suisse. Régulièrement mise à jour, la liste de ces régions peut être consultée ici; on trouve également sur cette page de l'Administration fédérale toute les informations et modalités sur cette mesure de quarantaine.

Vendredi 29 mai, après-midi
Appel d'offres pour le déclassement des vins
L’ordonnance concernant l’aide financière exceptionnelle pour le déclassement de vins d’appellation d’origine contrôlée en vin de table en lien avec le coronavirus entrera en vigueur le 1er juin 2020. L’appel d’offres aura lieu du lundi 1er juin 07h au vendredi 19 juin à 23h59. Un formulaire sera disponible sur le site Internet de l’OFAG à partir du 1er juin. Une marche à suivre et un document questions-réponses (FAQ) en français seront également publiés. Les versions en allemand et italien suivront.
Mail weindeklassierung@blw.admin.ch ou téléphone 058 466 18 50 pour toute information.

Jeudi 28 mai, après-midi
Le Brunch du 1er août aura lieu
Les manifestations réunissant jusqu’à 300 personnes étant à nouveau autorisées à partir du 6 juin prochain, l’Union suisse des paysans confirme la bonne tenue du Brunch du 1er août édition 2020. L’accueil doit évidemment pouvoir se faire dans le respect des règles de l’OFSP. Aux fermes dans l’impossibilité de mettre en œuvre ces exigences, l’USP recommande d’opter pour l’organisation d’un brunch à l’emporter. Les inscriptions repartent à zéro, et les fermes déjà inscrites peuvent confirmer ou annuler leur participation dès maintenant.
Lien vers le communiqué de l’USP.

Mercredi 20 mai, matin
Le Conseil fédéral annonce des mesures exceptionnelles de soutien à la vitiviniculture suisse
Dans l'agriculture, le monde vitivinicole a été l'un des plus rudement touchés par les effets de la crise sanitaire, en particulier la fermeture des restaurants et l'annulation des manifestations publiques et privées. La branche était de surcroît déjà en situation délicate avant la crise. Interpellé par les organisations professionnelles, le gouvernement a présenté ce matin deux mesures visant à «stabiliser le marché des vins suisses» et représentant 10 millions de francs:

  • déclassement des vins AOC en vin de table (pour chaque litre de vin AOC déclassé, une contribution fédérale de 2 francs au maximum sera accordée);
  • réduction des rendements maximaux par les cantons pour la vendange 2020 (abaissement des rendements maximaux fédéraux, à 1,2 kilo par m2 pour les vins blancs AOC et 1 kilo par m2 pour les vins rouges AOC).

L'Interprofession de la vigne et du vin (IVVS), ainsi que la Fédération suisse des vignerons (FVS), ont rapidement réagi pour souligner que ces dispositions exceptionnelles étaient «un premier pas dans la bonne direction» en réponse à leur demande écrite du 3 avril au Conseil fédéral. «L’IVVS et la FSV saluent cette décision qui permettra des débouchés nouveaux et qui représente une réponse adaptée à l’incertitude actuelle. La branche attend un engagement clair de la part des cantons vitivinicoles dans le but d’élargir le cercle des bénéficiaires de cette aide.» Trois axes principaux de valorisation des vins suisses sont mentionnés: la problématique des caves pleines, à laquelle la première mesure gouvernementale répond partiellement, la promotion des vins suisses avec davantage de moyens et la mise en place d'une réserve climatique.

Lien vers le communiqué du Conseil fédéral

Lundi 11 mai, matin
Les paysans suisses disent merci
Dès aujourd’hui, des paysannes et des paysans investissent les grandes gares de Suisse pour remercier la population de la confiance qu’elle leur a témoignée ces derniers temps et lui rappeler qu’ils continuent de garantir l’approvisionnement en aliments de la région. Ainsi l’Union suisse des paysans, associée à Prométerre, boucle-t-elle la campagne d’information de ce printemps. En revanche, le travail de sensibilisation se poursuit dans le cadre de la campagne à l’enseigne d’agriculture-durable.ch – «Nous protégeons ce que nous aimons». Toutes les familles paysannes sont appelées à participer.
Lien vers les supports de communication mis à disposition

Mercredi 6 mai, après-midi
Plan de protection pour les exploitations agricoles
Les autorités exigent depuis peu que toutes les exploitations agricoles avec de la main-d’œuvre extrafamiliale et/ou des apprentis se dotent d’un plan de protection pour pallier tout risque d’infection au coronavirus. L’Union maraîchère suisse et la Fruit-Union Suisse en ont déjà établi un pour les cultures maraîchères. L’Union suisse des paysans (USP) a repris ce plan et l’a adapté aux exploitations avec des employés ou des apprentis. Les deux versions sont disponibles sur le site web de l'USP. Toutes les exploitations concernées sont priées de télécharger l’un des deux modèles, de le compléter au besoin, de l’imprimer et de le signer. Elles doivent aussi s’assurer de l’application des mesures indiquées.
D’autres plans de protection sont également disponibles en ligne pour les marchés hebdomadaires, les offres d’agritourisme et les marchés de bétail de boucherie.

Vendredi 1er mai, après-midi
Autocueillette: à vos paniers!
Dans le cadre de l’assouplissement des mesures édictées par la Confédération pour lutter contre le coronavirus, les établissement en libre-service sont ouverts et autorisés depuis le lundi 27 avril dernier.
Les exploitations peuvent donc proposer l’autocueillette, pour autant que les règles fixées par les autorités y soient appliquées. C’est-à-dire que des mesures de sécurité doivent être mises en place, notamment un système pour réguler le nombre de personnes sur les sites afin que le principe de distance sociale puisse être respecté.
L’autocueillette des fraises et des fleurs devrait pouvoir débuter à la mi ou fin mai selon les régions vaudoises. Les exploitations qui proposent des fraises ou des fleurs en autocueillette sont à retrouver sur www.marchepaysan.ch ou sur www.biovaud.ch.
Lien vers les instructions pour les marchés pendant la pandémie de coronavirus de l’Union maraîchère suisse et Fruit-Union Suisse

Mardi 28 avril, matin
Mesures de protection pour les travailleurs saisonniers
En collaboration avec Prométerre et d’autres organisations professionnelles, ainsi qu’avec les organismes de santé, l’État de Vaud a diffusé des recommandations sanitaires pour les secteurs de l’agriculture et de la viticulture. Il s’agit de donner aux employeurs les règles à respecter pour assurer leur protection et celle de leurs travailleurs en période de Covid-19. Ces mesures feront l’objet de contrôles.
Vu le très haut danger épidémiologique représenté par le Covid-19, il est indispensable de respecter les gestes barrières:

  • hygiène des mains;
  • toux ou éternuement dans un mouchoir ou dans le creux du coude;
  • distanciation sociale;
  • pas de serrage de main ou embrassade;
  • isolation en cas de symptômes.

La responsabilité de l’employeur à l’égard de ses travailleurs occupés à des travaux saisonniers consiste majoritairement à:

  • transmettre les recommandations et sources d’information de l’OFSP;
  • mettre à disposition du matériel d’hygiène (savon ou gel hydro alcoolique, eau, essuie-mains, sacs-poubelles, produits de nettoyage);
  • adapter l’organisation du travail, les lieux de repos et de restauration et espaces de sommeil;
  • veiller à l’hygiène de ces lieux et des installations sanitaires.

Les recommandations complètes sont détaillées dans un courrier co-signé par le Département de l’économie, de l’innovation et du sport et le Département de la santé et de l’action sociale.
Documents et liens utiles:

Mardi 21 avril, après-midi
Alors que le pays vit confiné, la sécheresse sévit
Il n’y a pour ainsi dire plus eu de précipitations sur le nord de la Suisse depuis la mi-mars. La situation est plus détendue dans le sud du pays. Le week-end dernier, quelques précipitations sont tombées dans les régions alpines, avec de fortes disparités régionales. Qui plus est, les températures étaient supérieures à la normale, et les sols se sont encore asséchés sous l’effet de la bise. La couche supérieure du sol est asséchée en conséquence, en particulier dans l’Arc jurassien et sur le Plateau. Jusqu’à présent, cela n’a pas entraîné de dommages majeurs. Au contraire, le temps sec s’est révélé propice à divers travaux des champs, tout comme au vol des abeilles pour la pollinisation des cultures de fruits et de colza en fleurs. Les perspectives météorologiques suscitent toutefois l’inquiétude des agriculteurs et leur rappellent l’extrême sécheresse de 2018. Les précipitations doivent impérativement faire leur retour dans les deux semaines à venir, tant pour les cultures qui sont en train de lever que pour la croissance de l’herbe. Les installations d’irrigation sont courantes pour toutes sortes de légumes, les pommes de terre nouvelles, les fruits et les petits fruits.

Lundi 20 avril, après-midi
Annulation de la journée Portes ouvertes à la ferme du 7 juin 2020
Suite aux dernières communications du Conseil fédéral laissant planer le doute quant à la date d’une levée de l’interdiction des réunions de plus de cinq personnes, le comité d'organisation de la journée Portes ouvertes à la ferme a pris la difficile mais inévitable décision d’annuler l’édition 2020 prévue le dimanche 7 juin. Les conditions de base pour l’organisation de cette journée ne sont en effet pas réunies et, surtout, la santé de tous doit rester la priorité absolue.
Prométerre tient à remercier toutes les familles paysannes vaudoises inscrites pour le travail déjà accompli et espère les voir, ainsi que d’autres, participer au projet l’année prochaine. La date de la l’édition 2021 a d’ailleurs déjà été fixée au dimanche 6 juin!
Lien vers le communiqué de l'USP.

Vendredi 17 avril, après-midi
Marchés en plein air: un stand par place dans le canton de Vaud!
«Un stand à la Riponne, un à Grancy, un à Saint-François...» Le conseiller d'État Philippe Leuba a été explicite en conférence de presse ce vendredi après-midi: les marchés peuvent se tenir d'ici au 11 mai (date prévue pour la fin de leur interdiction), pour autant qu'il n'y ait qu'un seul stand par place! Rappelons que Lausanne avait annoncé le 7 avril le retour des stands de primeurs sous condition, avant de se faire contredire par le Canton qui maintenait l'interdiction totale. Et maintenant cette mesure pour le moins singulière durant trois semaines. Pendant ce temps, à Genève, les marchés peuvent se tenir à Plainpalais, avec un stand tous les... 70 mètres.

Vendredi 17 avril, matin
Placements de jeunes à la ferme toujours possible
Les jeunes peuvent acquérir une expérience de vie précieuse dans les fermes suisses. Depuis près de 75 ans, l'association Agriviva organise des stages inoubliables et donne la possibilité de s’investir à la ferme. Étant donné qu'un seul jeune est hébergé à la fois dans sa famille d'accueil, ces stages sont
toujours possibles et d’actualité à condition toutefois que les recommandations de la Confédération et les mesures de précaution soient respectées.

Jeudi 16 avril, après-midi
Assurance perte de gain (APG): à quoi ont droit les indépendants des métiers de la terre?

Le 16 avril dernier, par la bouche du ministre de l'Économie Guy Parmelin, le Conseil fédéral a annoncé l'élargissement du droit à l’allocation pour perte de gain COVID-19 aux indépendants qui ne sont touchés qu’indirectement par les directives de lutte contre la pandémie, ce qui vaut aussi dans l'agriculture et qui est à saluer. Les exploitations ayant par exemple connu une baisse importante de leur chiffre d’affaires en raison de la fermeture des restaurants pourront déclarer une perte de revenus. Conditions : être autorisé à travailler et avoir vu son revenu de l’activité diminuer ou pris fin à cause desdites directives et que le revenu annuel de l’activité lucrative soumis à l’AVS soit supérieur à 10'000 francs, mais ne dépasse pas 90'000 francs. Ces chiffres doivent être considérés comme une limite de revenu. Ainsi donc aucune indemnité perte de gain n’est versée en-dessous de 10'000 francs et en-dessus de 90'000 francs.
L’allocation est fixée sur la base de la dernière décision de cotisations pour 2019. Le montant maximal de l’allocation est de 196 francs par jour, soit 5880 francs par mois, comme pour les autres ayants droit à l’allocation pour perte de gain COVID-19. Le droit prend naissance rétroactivement à compter du jour à partir duquel toutes les conditions d’octroi sont remplies, mais au plus tôt le 17 mars 2020, et il prend fin le 16 mai 2020.
Pour préserver leurs éventuels droits, il est donc recommandé aux agriculteurs concernés de déposer une demande d’allocation pour perte de gain. Dans le canton de Vaud, la Caisse de compensation AVS agricole, viticole et rurale Agrivit avait mis en ligne un formulaire dès le début de la crise. Fort de l’extension du droit à l’APG décidée par le Conseil fédéral jeudi dernier, un nouveau portail et un nouveau formulaire sont maintenant disponibles pour déposer sa demande.
Il est recommandé:

  • de n’en faire usage que si, et seulement si, le COVID-19 a entraîné un préjudice pour l’entreprise en question. À défaut, cela alourdirait un système par ailleurs déjà saturé et nuirait à l’image de l’agriculture dans son ensemble;
  • de ne pas remplir une nouvelle demande si un formulaire a déjà été complété par le passé. Tous les formulaires déjà reçus entre le 16 mars 2020 et le 16 avril 2020 seront en effet pris en compte, traités et feront foi pour toute la durée de la pandémie;
  • de se connecter ici et de suivre la procédure d’inscription – ce portail est l’unique moyen de déposer sa demande!

Jeudi 16 avril, après-midi
Les marchés en plein air demeureront fermés jusqu'au 11 mai
La tenue des marchés de rue demeurera interdite jusqu'au 11 mai, date de la deuxième phase d'assouplissement des mesures contre le coronavirus envisagée par le Conseil fédéral, selon un programme communiqué ce jour. Cette décision, jugée «incompréhensible» par l'Union suisse des paysans, intervient alors que ces activités commerciales concernent l'alimentation, et sont donc de première nécessité, ont lieu à l'extérieur et qu'elles pouvent être tenues dans le respect des règles de distance et d'hygiène.

Jeudi 16 avril, après-midi
Réouverture des jardineries le 27 avril
Une bonne nouvelle dans les annonces du jour par le Conseil fédéral: comme le demandaient les organisations agricoles, les pépinières, jardineries, magasins de fleurs et champs de fleurs en libre cueillette vont pouvoir rouvrir dès le 27 avril, dans la première phase d'assouplissement des mesures de lutte contre le COVID-19. Les particuliers pourront ainsi s'approvisionner en plants et en graines.
Lien vers le communiqué de l'USP.

Jeudi 9 avril, après-midi
Les marchés, même partiels, ne rouvriront pas à Lausanne ces jours
Mardi, la Ville de Lausanne annonçait que les producteurs de fruits et légumes, et eux seuls (une trentaine au total), pourraient de nouveau vendre leur produits aux lieux et horaires habituels de marchés de rue. Mais la Municipalité a dû ce jeudi soir couper court à cette bonne nouvelle, qu'elle croyait pourtant conforme aux normes spéciales actuelles de la Confédération. C'est le canton de Vaud qui y a mis son veto.
Lien vers le communiqué de la Ville.

Jeudi 9 avril, après-midi
Plein feu sur les marchés à la ferme!
Organisation, démultiplication des heures de travail, solidarité, débrouillardise... Depuis quelques semaines, les producteurs, éleveurs, maraîchers, vignerons et autres paysans de notre pays et de la Romandie en particulier rivalisent d'ingéniosité et se démènent pour approvisionner la population en produits frais et développer les meilleures stratégies pour écouler leur production tout en assurant le travail de la terre. Entretien croisé par l'agence AGIR Info avec la présidente de l'Association romande Marché Paysans, Caroline Steiner, Laurence Epars, secrétaire, et le témoignage de deux producteurs.

Mardi 7 avril, après-midi
Le retour des marchés de rue à Lausanne... sous conditions
La ville de Lausanne a décidé d'autoriser les emplacements destinés à la vente de fruits et légumes, et cela dès le 15 avril, annonce-t-elle dans un communiqué diffusé ce mardi. Cette décision est rendue possible par les mises à jour de l’ordonnance 2 Covid-19 faites par le Conseil fédéral le 28 mars, qui précisent que des stands d’alimentation peuvent être maintenus si les règles de distance sont garanties.
«Cette décision prendra effet dès le 15 avril, annonce la Municipalité, aux horaires et lieux habituels des marchés.» Il devra être particulièrement veillé au maintien de la distance de 2 mètres entre les clients. Il conviendra de faire en sorte que les clients ne se servent pas eux-mêmes et ne touchent pas les produits.
Les autorités lausannoises rappellent également que certains établissements publics et magasins take-away lausannois continuent de préparer des repas à consommer à domicile et que des organisations locales, dont Terre Vaudoise, proposent aussi des livraisons à domicile. (AGIR/comm)

Vendredi 3 avril, après-midi
Précisions sur Agrix, la bourse à l'emploi et aux marchandises: besoins plus importants attendus pour mai
Depuis trois semaines, des dizaines d’annonces gratuites ont été publiées sur Agrix, la bourse à l’emploi de l’agriculture développée pour la Suisse romande par Prométerre et déployée à l'échelle nationale, notamment de la part de personnes se retrouvant au chômage partiel. 
Même si la nature semble précoce cette année, c’est plutôt vers le mois de mai (récolte des fruits, travaux à la vigne, etc.) que l’agriculture risque de manquer de bras et que d’important besoins en main d’œuvre se feront ressentir, du fait de l’absence d’une partie importante des saisonniers bloqués dans leur pays par les effets des mesures contre le COVID-19 ou la crainte de ce virus. Patience donc si votre annonce est demeurée sans réponse!
Nous rappelons aussi aux exploitations agricoles qu’elles peuvent annoncer ici gratuitement les places d’emploi disponibles.
Agrix est aussi l'interface permettant la recherche ou mise à disposition de marchandises. Cela peut être particulièrement intéressant pour les producteurs victimes de la fermeture des établissements publics et de l'interdiction des manifestations, qui peuvent trouver ici d'autres possibilités d'écoulement.

Jeudi 2 avril, matin
Le canton de Vaud soulage la viticulture
Trois millions de francs: telle est la somme que le Conseil d'État vaudois, par la voix de son ministre de l'Économie Philippe Leuba, consacre au soutien du secteur viti-vinicole, frappé de plein fouet par la crise du coronavirus. Ainsi, Vaud va supprimer 90% de la taxe de 3,3 millions que les vignerons doivent normalement verser à l'Office des vins vaudois (OVV). Cette somme est prise en charge par le fonds de prévoyance pour les risques non assurables.
Par ailleurs, Philippe Leuba affirme discuter avec la Confédération et même au niveau européen de facilités pour la circulation de la main d'oeuvre dans les domaines agricole et viticole.
Le canton continue à faire la promotion de Agrix.ch, bourse à l'emploi mise ne place par Prométerre où employeurs et employés peuvent diffuser des annonces gratuites.

Jeudi 2 avril, matin
Réouverture des garden centres
Répondant à des nombreuses réclamations, dont une pétition, le canton de Vaud fait un geste important en faveur des garden centres. Ceux avec une activité dans l'alimentation pourront ouvrir dès ce samedi 4 avril. Les autres pourront, outre la vente en ligne, proposer aux clients de venir chercher sur place des produits précommandés, en respectant les directives de sécurité sanitaire de la Confédération.

Mercredi 1er avril, après-midi
Le Conseil fédéral confirme l'agriculture dans son rôle essentiel
Entre autres annonces ce jour, le gouvernement a pris des mesures visant à stabiliser les marchés agricoles, bousculés en ces temps de crise d'une part par la chute de la demande liée à la fermeture des restaurants, fortement sollicités d'autre part par les particuliers dans les différentes filières d'achats alimentaires. Objectif: garantir l'approvisionnement tout en assurant des prix corrects pour tout le monde, producteurs compris. Des mesures sont également prévues en particulier pour désengorger le marché de la viande.
Vers le communiqué du Conseil fédéral.
Vers le communiqué de l'Union suisse des paysans, qui réagit positivement à ces annonces ciblant l'agriculture.

Mercredi 1er avril, après-midi
Indépendants: vers un élargissement du droit aux APG?
En communiquant ce jour un nouveau train de mesures répondant aux problèmes économiques causés par la crise sanitaire, le conseiller fédéral Guy Parmelin a confirmé avoir chargé l'administration des trouvers des solutions pour les indépendants, pour l'instant privés d'APG.

Mardi 31 mars, matin
Assurance perte de gain (APG): à quoi ont droit (ou pas) les indépendants des métiers de la terre?
À ce jour, les indépendants des métiers de la terre ne sont pas considérés comme ayants-droit à l’assurance perte de gain (APG), au sens de l’ordonnance spéciale de la Confédération sur les mesures de lutte contre le coronavirus (COVID-19). Motif: ils ne sont pas visés par une interdiction de travailler. Quid alors de ceux qui ne peuvent dorénavant plus livrer les manifestations publiques ou privées, de même que les marchés et les restaurants?
Prométerre s’en est inquiétée et a effectué une analyse détaillée de ce dossier, qu’elle a relayée à l’Union suisse des paysans (USP); celle-ci s’est adressée à l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) afin que l’État élargisse les mesures dans le sens d’une indemnisation de l’indépendant des métiers de la terre. Selon l’USP, un retour de l’OFAG est attendu prochainement.
Pour préserver leurs éventuels droits et dans la mesure où une part importante de leur chiffre d’affaires est impacté, il est pour l’heure recommandé aux agriculteurs qui sont des fournisseurs spécialisés de manifestations, de marchés ou de restaurants, ou encore prestataires d’agritourisme, de déposer une demande d’allocation pour perte de gain. Dans le canton de Vaud, la Caisse de compensation AVS agricole, viticole et rurale Agrivit a mis en ligne un formulaire. Il est recommandé de n’en faire usage que si, et seulement si, le COVID-19 entraîne un préjudice – existant ou prévisible – démontrable pour l’entreprise en question. À défaut, cela alourdirait un système par ailleurs déjà saturé et nuirait à l’image de l’agriculture dans son ensemble.
Prométerre suit le dossier de près et tiendra dès que possible ici même les professionnels vaudois de la terre au courant de l’évolution de la situation.

Vendredi 27 mars, après-midi
Le canton de Vaud relaie les besoins de l'agriculture
Le conseiller d'État chargé de l'économie Philippe Leuba a rappelé ce vendredi après-midi devant la presse combien «les métiers de la terre sont aussi fortement impactés par les mesures prises dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus et courent le risque d’un manque de main d’œuvre. En effet les restrictions de passage aux frontières ont pour effet que la main d’œuvre saisonnière ne pourra que très difficilement être engagée, ce qui va poser de graves difficultés».
Dans la ligne de l'état d'esprit et des actions engagées par Prométerre, le canton en appelle à la «solidarité pour appuyer ce secteur de notre économie, fondamental dans l’approvisionnement en produits de première nécessité». 
Les autorités encouragent à faire usage de la plateforme Agrix, développée et pilotée par Prométerre et d'autres organisations agricoles romandes, et désormais aussi avec l'USP, qui permet de consulter tant les offres d’emploi postées par les professionnels que de proposer ses services (occupation ponctuelle en cas de chômage partiel par exemple).
Agrix est également une plateforme permettant à des producteurs ne pouvant écouler tout ou partie de leur marchandise, à la suite de l'interdiction des marchés et de la fermeture des établissements publics, de se mettre en contact avec des confrères disposant d'un commerce à la ferme ou d'autres professionnels intéressés par ces produits.
Le Conseil État compte communiquer d'ici la fin de semaine prochaine sur les aspects juridiques (contrat de travail, bénévolat, etc..).

Vendredi 27 mars, après-midi
Pour les éleveurs
L'USP a publié un aide-mémoire réunissant les tâches de prévoyance, les différentes possibilités de remplacement de la personne responsable, les organisations pouvant offrir un soutien, ainsi que les mesures de prévention.

Jeudi 26 mars
Début de la saison des récoltes
Entre coronavirus et météo, l'agence Agir fait le point avec Olivier Borgeat, secrétaire général de l'Interprofession des Fruits et Légumes du Valais (IFELV). L'interview peut se lire à l'échelle de toute la Suisse...

Mercredi 25 mars
De piquet pour la PC ou l'armée? Voici une précision importante
Les professionnels de l'agriculture mobilisés à l'armée ou à la protection civile peuvent en être dispensé, au nom de leur activité prépondérante, tout en demeurant éventuellement de piquet pour un besoin majeur. La démarche de dispense se fait auprès du commandant de leur unité. Toutefois, l'information a circulé que des gradés de la PC ont indiqué à certains de ces «réservistes» de piquet qu'ils ne devaient pas travailler dans leur exploitation, n’étant pas couverts par l’assurance (militaire) en cas d’accident chez eux. Interpellée sur cette situation absurde, Prométerre rétablit la réalité: s’ils ne sont effectivement plus couverts par l’assurance militaire dès leur retour sur le domaine, ils le sont bien, comme avant, par leur propre assurance accident.
En revanche, les personnes mobilisées peuvent demander une dispense avec libération complète de l'obligation de servir (donc pas de piquet), à l’entrée en service, pour retourner sur l’exploitation. Mais il faut bien préciser cette demande complète car des cas ont été signalés où l'on n'informait les gens que de la dispense partielle et non de la possibilité de dispense totale.
Si les choses ne devaient pas se passer comme énoncé ci-dessus avec le commandant ou la personne responsable, Prométerre pourra intervenir auprès des autorités pour que la situation se normalise; merci dans ce cas de nous écrire à covid@prometerre.ch en indiquant vos nom, prénom et adresse de domicile.

Mercredi 25 mars, après-midi
Annonces de postes vacants
Pour décharger les autorités cantonales, le Conseil fédéral a décidé qu'il n’est plus nécessaire d’annoncer les postes vacants au préalable. Les contrôles seront réalisés par téléphone. Le but est de faciliter le recrutement de personnel dans les secteurs de la santé et de l’agriculture.

Mercredi 25 mars, après-midi
PME en mal de liquidité: demandes possibles dès demain
Les entreprises en difficulté à cause du coronavirus pourront dès ce jeudi 26 mars accéder rapidement à des crédits garantis par la Confédération, afin d’atténuer les problèmes de liquidités liés au coronavirus. Les crédits pourront être sollicités par les PME auprès de leur banque principale et seront garantis par la Confédération. L’ordonnance correspondante entrera en vigueur le 26 mars 2020, date à partir de laquelle les demandes de crédit pourront être effectuées.
Vers le communiqué complet du Conseil fédéral.

Mercredi 25 mars, après-midi
Restrictions d'entrée en Suisse: pour tous les États Schengen
La Confédération communique que les restrictions d’entrée en Suisse ont été étendues à tous les États Schengen. Cette mesure vise à renforcer encore la protection de la population contre le coronavirus.

Mercredi 25 mars, matin
Une plateforme pour le placement de main-d'œuvre dans l'agriculture
Géré par Prométerre, le site agrix.ch a été mis à jour. Il est conçu comme une bourse à l'emploi pour l'agriculture. Agrix a été élargie pour un usage national, communique l'Union suisse des paysans, qui rappelle que l'initiative est romande. Ce dispositif doit permettre de répondre à la pénurie de personnel étranger, causée par la crise sanitaire actuelle. Or, les besoins se font pressants ces jours, en particulier pour les cultures spéciales.
Vers le communiqué complet de l'USP.

Samedi 21 mars, matin
L’Union suisse des paysans et ses organisations membres cherchent des solutions.
L'USP et plusieurs autres entités défendant les intérêts du monde paysan s'activent afin de traiter le plus vite et le mieux possible les différents problèmes et les questions ouvertes que pose la situation exceptionnelle liée au coronavirus pour les secteurs agricole et alimentaire: approvisionnement alimentaire, main d'œuvre locale et étrangère (mise en place du plateforme de placement), marchés, finances...
Vers le communiqué complet de l'USP.

Vendredi 20 mars, après-midi
La Confédération présente un train de mesures pour «atténuer les conséquences économiques»
(communiqué de presse) «Le 20 mars 2020, le Conseil fédéral a arrêté un train de mesures à hauteur de 32 milliards de francs en vue d’atténuer l’impact économique de la propagation du coronavirus. Compte tenu des mesures décidées le 13 mars, plus de 40 milliards seront ainsi disponibles. La balle est maintenant dans le camp du Parlement : la Délégation des finances se prononcera à ce sujet au début de la semaine prochaine. L’objectif de ces mesures, qui s’adressent à différents groupes cibles, est de sauvegarder les emplois, de garantir les salaires et de soutenir les indépendants. Des mesures ont également été prises dans le domaine de la culture et des sports en vue d’éviter des faillites et d’amortir de lourdes conséquences financières.»
Vers le communiqué complet.

Vendredi 20 mars, après-midi
Mobilisation (armée et protection civile) des forces de travail agricole
Les agriculteurs mobilisés (armée ou protection civile) pour rejoindre leurs unités peuvent demander à leur commandant une dispense. Ce dernier a toutes les instructions pour donner des dispenses aux secteurs jugés prioritaires, notamment la santé et l’agriculture.

Vendredi 20 mars, midi
Annonce préalable obligatoire pour la main-d’oeuvre étrangère
L’entrée en Suisse des travailleurs étrangers sur présentation d’un contrat de travail est autorisée jusqu’à jeudi prochain, communique l'Union suisse des paysans. Cependant, ces travailleurs doivent d’abord avoir été annoncés auprès des autorités. L’USP met un formulaire à la disposition des employeurs.

créé par WGR